Votre panier est vide.

Pour commander, ajoutez des produits dans votre panier, puis rendez vous dans celui-ci et suivez la procédure de paiement.
dans
Cliquez ici pour retrouver votre panier à tout instant

Blindés & Matériel 95 Janvier 2011

11,50 €TTC
Ajouter au panier

Ref : GBM095

  • Le 46e BCC dans l'attaque sur la Serre, 19 mai 1940
    par Roger Avignon et Stéphane Bonnaud
    Suite de la saga du " bataillon Bescond ", privé de son chef mort au combat l'avant-veille. Nous sommes cette fois au nord de Laon, au moment où le colonel de Gaulle attaque, forces réunies, sur la Serre. Tandis que les R 35 et les D 2 ont Crécy pour objectif, les chars B reçoivent la mission de progresser plus à l'est, sur Mortiers, qu'ils parviennent à atteindre en bousculant toute opposition. Mais au retour, un drame attend deux appareils du 46e : une tragique méprise de l'artillerie de la 4e DCr et des chars Somua du 3e cuirassiers ayant à peine rejoint la division. De l'action, des témoignages poignants. Les neuf chars perdus ce jour-là sont tous présents, avec unscoop absolu sur l'un d'entre eux. En 14 pages, 24 photos, une carte, 6 profils et vues de face au 1/35 en couleurs.


  • Le mortier de 370, premier chef d'œuvre du chef d'escadron Filloux
    par Guy François
    Simultanément à ses premières études sur le canon long qui allait devenir plus tard le célèbre 155 GPF, le chef d'escadron Louis Filloux fait naître, peu avant la Grande Guerre, un énorme mortier à grande puissance auquel il attachera son nom. Ce monstre, première réplique française au 42 cm allemand, donnera de la voix la première fois lors de l'offensive française de septembre 1915, pour paraître ensuite sur les principaux secteurs du front en 1916 et 1917. Mais l'année 1918 sera le champ du cygne de ce matériel de 28 tonnes en batterie, construit à 13 exemplaires. En 8 pages, 19 photos et documents, fiche technique complète et 3 mortiers en couleurs, sans oublier une précieuse notice biographique sur cet inventeur de génie qu'a été Louis Filloux.


  • L'automitrailleuse White et les escadrons d'AM de métropole et sur le Rhin, 1919-1932
    par François Vauvillier
    Ce matériel célèbre est étudié pour la première fois dans son contexte. Nous avons vu, dans GBM 93, que l'automitrailleuse White était arrivée trop tard pour participer aux dernières batailles de la Grande Guerre. Elle sera donc surtout la voiture de combat de la cavalerie durant l'entre-guerres, promenant son altière silhouette partout où la République doit montrer sa force : dans les TOE, sur le Rhin et en Haute-Silésie. Dans cet article, les EAMC (escadrons d'automitrailleuses de cavalerie) stationnant en Europe sont enfin "expliqués" de manière claire et synoptique, tandis que leurs insignes — nombre d'entre eux jusqu'à présent inconnus —, peints sur les blindages, sont tous présentés. En 8 pages, 11 photos et documents d'époque, 2 profils au 1/35, 13 insignes différents et trois tableaux synoptiques en couleurs.


  • Le journal d'un chirurgien du front
    présenté par Dominique Desjardins
    Rares sont les occasions de découvrir, d’un seul tenant, un journal personnel de marche de 1939-1940 illustré d’une série de photographies parlantes. Tel est le cas de ce précieux petit dossier provenant d’un officier de santé du 17e CA, originaire de Toulouse. Nous y découvrons, au hasard des photographies, quelques véhicules rares. Article complété par une fiche technique sur la voiture sanitaire lourde Renault AGC 3, façon Dossier panoramique. En 6 pages, 10 photos, 3 insignes et 2 profils en couleurs au 1/35.


  • L'obusier divisionnaire de 105 C modèle 1935 de Bourges
    par Eric Denis et François Vauvillier
    Au début des années trente, l’atelier de construction de Bourges développe un obusier léger, le futur matériel de 105 C modèle 1935 B. L’idée d’une telle pièce vient — ou plutôt revient — de loin, tant son attente a été longue et si longtemps déçue. Nous suivons dans cet article marqué du sceau de l'inédit — comme toujours dans GBM — les étapes de la conception et de la mise au point de cet étrange obusier dont les roues blindées tournent avec les flèches. Avec, pour la première fois également, les photos de l'attelage hippomobile et la liste quasiment exhaustive des groupes (hippo et auto) dotés de ce matériel en 1940. En 8 pages, 22 photos et 3 mises en couleurs.


  • Dossier panoramique : les voitures de liaison 1897-1918
    par François Vauvillier
    Suivant le modèle des Dossiers, voici la présentation synthétique des différents modèles qui, à partir de la première apparition d'une automobile sous les drapeaux aux manœuvres de 1897, vont faire entrer l'armée dans l'âge du moteur. Ce dossier est traité, plus encore que les précédents, comme un catalogue exhaustif — pour autant qu'un sujet aussi vaste le permette — du parc des " tourisme ouvertes " et des " tourisme fermées ", avec pas moins de 45 constructeurs français listés, dont 33 dûment illustrés (vu l'étendue du sujet, les 29 marques étrangères également recensées seront traitées ultérieurement). En 16 pages, 52 photos d'époque et 4 mises en couleurs sur les principales marques (De Dion-Bouton, Panhard, Peugeot et Renault).


  • La vision " chars " dans la cavalerie
    par François Vauvillier
    Comment la cavalerie, qui débute en 1914 avec des automitrailleuses et s'attachera à cette terminologie ambigüe (trompeuse encore aujourd'hui), en vient très tôt à " penser chars ". L'affaire débute sur le papier en 1922 mais ne voit sa première concrétisation réelle qu'en 1933. Viendra ensuite une course aux matériels de plus en plus puissants : le char de cavalerie naît en 1934-35, et il ne sera pas représenté que par le fameux Somua. D'autres modèles allaient surgir, vous les découvrirez. En 8 pages, 12 photos et plans, et pas moins de 18 profils en couleurs, la plupart constituant un tableau synoptique en double page mettant en relief, d'un seul coup d'oeil, les étapes du développement de la pensée "chars" dans la cavalerie française.


  • Le char de cavalerie AMX 40, un Cruiser à la française
    par Stéphane Ferrard
    Sans doute le plus insolite de tous les projets français de chars de la période 1939-1940, l'AMX 40 a été conçu par l'ingénieur militaire Joseph Molinié, le futur père de l'AMX 13. S'inscrivant dans le cadre de la coopération franco-britannique qui était en plein développement à cette époque, le char AMX 40, bâti sur une suspension Christie, intégrait de nombreuses innovations. Resté en réalité sur la planche à dessin, ce char des plus surprenants naît et évolue sous vos yeux grâce à l'extraordinaire travail de reconstitution 3-D effectué par la rédaction de GBM d'après les plans officiels, intégralement reproduits ici au 1/35. Un magnifique projet pour les maquettistes. En 9 pages, 12 photos, plans et tracés d'époque, et 8 vues en 3-D couleurs.


  • Le matériel téléphonique de campagne, 1919-1940
    par Raoul Darriet et Aimé Salles
    Dans les vingt années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, on le sait, l'armée française a misé sur le téléphone et les liaisons filaires, réputées plus sûres que la radio, " moyen de secours ". Une telle vision des transmissions électriques, parfaitement logique dans le cadre d'une guerre de position comme l'avait été 1914-1918, se révélera un désastre à partir du 14 mai 1940 avec la rupture du front et l'irruption de l'ennemi dans les lignes de communications. Mais une telle éventualité ne pouvait être envisagée. Aussi le téléphone-roi se développe-t-il à travers la famille prolifique des TM 1932 et TM 1936 décrits en détail dans cette étude. En 9 pages et 40 photos d'époque ou en couleurs des matériels préservés.



Les personnes qui ont acheté
Blindés & Matériel 95 Janvier 2011
ont aussi acheté :
    • Stratégie
      La 2e armée et Sedan
    • Cavalerie
      Les White à Compiègne
    • Artillerie 1914
      Le 155C 1881
    • Opérations
      Le 46e BCC à Abbeville
    • Transmissions 19-40
      Dérouler du fil
    • Paranomique
      Camions 14-18 (III)
    • Chars 1918
      Le Renault FT 75 S
    • Militara-industriel
      Le SAu 40
    Blindés & Matériel 96 Mars 2011
    • Le 19e BCC et la 346e CACC dans la tourmente
      par Stéphane Bonnaud
      Nous reprenons la saga des chars D 2 en service (précédent volet dans GBM 90), avec cette fois les douloureuses actions en retraite qui voient le bataillon et les compagnies autonomes perdre chaque jour du potentiel de combat. L’histoire de la malheureuse 346e CACC est narrée en détail, avec ses chars neufs dont vont s’emparer les anciens de la 345e, rompus au combat, tandis que les D 2 de la première série, à bout de souffle, seront perdus au fil des jours. En 17 pages, 36 photos, 8 profils et vues de face au 1/35 en couleurs.
    • Le mortier de 280 TR Schneider
      par Guy François
      Ce matériel de siège et de très grosse destruction, destiné à la Russie et très moderne en 1914, est commandé en urgence par l’armée française à la veille du premier conflit mondial. Les premiers entrent en service à la fin de l’année 1915 et il en sera construit plus de 150 exemplaires. Une quantité énorme pour un matériel d’aussi gros calibre, promis à la célébrité : il aura le privilège, lors du conflit suivant, de détruire le fort italien du Chaberton qui menaçait Briançon. En 9 pages, 17 photos, plan au 1/48, fiche technique complète, profils de l’attelage complet au 1/72 (quatre voitures, deux tracteurs) et vue en couleurs du matériel en batterie.
    • Passerelle Orthlieb, le prototype retrouvé
      Un complément inespéré à l’article paru dans le numéro précédent sur le char Renault FT 75 S pose-passerelle. Un lecteur passionné de GBM, Frédéric Lisch, a retrouvé l’unique photo connue à ce jour de la passerelle. Ce document fournit la matière à un nouveau développement sur cet engin précurseur qui sort peu à peu de l’oubli. Une page, une photo et un nouveau profil.
    • Les automoteurs de 75 mm, du Garnier-Renault à l’ARL V 39
      par Stéphane Ferrard et François Vauvillier
      Second volet de cette étude historico-technique fondamentale amorcée dans GBM 96, voici à présent les automoteurs de la « branche principale », celle de l’État. L’étude, à vocation exhaustive, débute sur un quasi-inconnu, le prototype de 1934-1935 du général Garnier (ancien de l’APX) établi sur le châssis du char colonial D 3, pour déboucher sur ce magnifique engin de guerre, très abouti en 1940, qu’était l’ARL V 39 conçu par l’ingénieur militaire Valla et qui devait, à compter du second semestre 1940, sortir en série pour doter les DCr mais aussi les DLM. En 12 pages, 21 photos et plans d’époque, 2 profils en couleurs au 1/35, fiches techniques complètes et performances du canon de 75 puissant APX.
    • Le « char-signal » Renault FT TSF
      par François Vauvillier
      Poursuivant la revue de détail des chars FT de série, cet article présente un engin à la silhouette célèbre, avec son « blockhaus TSF » aux lignes très carrées. Nous suivons les demandes réitérées du général Estienne pour disposer au plus tôt de ce matériel, et les difficultés industrielles qui vont aboutir à une fabrication de série limitée à 200 chars, dont un quart à peine produit avant l’armistice. Première étude « à la loupe » de ce matériel, avec l’intégralité des chars produits et leurs dates de livraison. En 6 pages, 10 photos et 3 profils en couleurs au 1/35.
    • Roger Avignon, du 20e dragons au 93e GRDI
      par Michel Bureau et François Vauvillier
      Au moment où ce grand pionnier des recherches historiques sur les unités de chars de 1939-1940 fait son adieu aux armes, dans sa 96e année, GBM lui rend hommage à travers ses « souvenirs cavaliers ». Car, avant d’être le chercheur que tous connaissent, Roger Avignon a été un combattant de toute première ligne, chef de peloton de fusiliers motocyclistes, présent sur la ligne de feu du 10 au 24 mai 1940, dernier jour de sa propre campagne, parti à l’assaut de Tannay avec l’escadron Charlois dans une mission de sacrifice. En 10 pages, 19 photos d’époque, 8 insignes et fanions, 1 profil et 1 mise en couleurs d’une rare Terrot VATT.
    • Les blindés du dernier quart d’heure, juin 1940
      par Pascal Danjou
      Après l’évacuation de Dunkerque, que reste-t-il de la force cuirassée française, de quels moyens industriels la France dispose-t-elle encore, et quelles ressources immédiates en blindés vont-elles être mises en œuvre pour tenter de rééquiper nos forces en vue de la bataille de juin ? Telles sont les questions qui trouvent leur réponse dans cette belle mise en perspective, où les matériels les plus prometteurs cotoient des engins condamnés. En 9 pages, 16 photos, 12 profils et trois tableaux de synthèse.
    • Dossier panoramique : les voitures de liaison d’importation 1914-1918
      par François Vauvillier
      Faisant suite au Dossier de même objet consacré aux voitures de construction française (GBM 95), voici le second volet, traitant cette fois des marques étrangères en service ça et là sous nos drapeaux. Dans la plupart des cas, ces belles étrangères, Mercedes, Rolls, etc., proviennent de la réquisition, mais deux modèles plus modestes, commandés en grand nombre à partir de début 1917, font exception : la Fiat 2B et la célébrissime Ford T. Au total, 26 constructeurs étrangers sont traités, quasiment tous richement illustrés. En 12 pages, 44 photos d'époque et 2 mises en couleurs des modèles les plus représentatifs (Fiat et Ford).
    • Le canon de 25 mm SA modèle 1934
      par Eric Denis et François Vauvillier
      Le célèbre petit canon antichar conçu par Hotchkiss fait là l’objet de l’étude la plus fouillée jamais publiée, avec notamment, en inédit absolu, la version entièrement automatique essayée par l’armée mais restée au stade prototype. Quant au matériel de série, sa production et sa mise en service est développée, avec le détail des avant-trains spéciaux d’infanterie et de cavalerie. En 10 pages, 18 photos d'époque, 1 profil d’attelage avec chenillette et remorque au 1/25, 2 mises en couleurs, 1 plan au 1/35, fiches techniques détaillées.
    Blindés & Matériel 97 Juillet 2011
    • Commémorations du 70e anniversaire
      De Gembloux à Saint-Valéry-en-Caux, en passant par Montcornet, La Ferté et Dunkerque, les collectionneurs de véhicules militaires et les reconstituants en uniforme ont réalisé un travail prodigieux à l'occasion des cérémonies de la bataille de mai-juin 1940. Un coup de chapeau exceptionnel leur est rendu, en 11 pages et 56 photos.
    • Les automitrailleuses en France 1915-1918 (III - Vers la voiture parfaite)
      Le troisième et dernier volet de cette étude retrace les recherches effectuées en vue de remplacer les modèles existants : les prototypes Gasnier et De Dion-Bouton, l'échec prévisible de la Jeffery-de Fabry, et surtout la genèse de ce qui deviendra la célèbre automitrailleuse White. En 12 pages, 24 photos et plans d’époque, 3 profils en couleurs au 1/35 (Jeffery-de Fabry et White).
    • Le 46e BCC naît pour la bataille
      La création et la mise en oeuvre du premier bataillon de chars B qui rejoindra la 4e DCr du colonel de Gaulle. Ce premier article d'une série nous conduit des origines du bataillon (au dépôt 506 de Besançon) jusqu'au soir de son arrivée à Crouy, pour attaquer à Montcornet le lendemain. En 14 pages, 26 photos, 2 profils au 1/35 et une vue de dessus en couleurs.
    • La colombophilie militaire, 1870-1918
      Redécouvert à l'occasion du siège de Paris (1870-71), les pigeons voyageurs vont rendre, aux armées durant la Grande Guerre, d'inappréciables services. Tout sur leur emploi et sur les unités colombophiles, leurs véhicules et leur matériel spécial. En 10 pages, 36 photos et documents divers, et 2 plans au 1/72.
    • L'artillerie des divisions légères mécaniques
      La première partie d'une étude retraçant l'histoire des " volants", de leur motorisation en 1934 à leurs jours de gloire et de feu en mai 1940 durant la campagne de Belgique et du Nord. Présentation des canons de 75 TTT et des tracteurs légers Citroën-Kégresse P 17 (semi-chenillés) et Laffly S 15 T (six-roues). En 14 pages, 24 photos, l'organigramme en couleurs d'une batterie complète avec tous ses véhicules, 4 profils au 1/35, tableaux d'insignes en couleurs.
    • Les chars lance-fascines
      A partir de 1935, le commandement cherche les moyens de faire franchir à nos chars les coupures " larges mais peu profondes" en les comblant au moyen de fascines. Les dispositifs sont essayés d'abord sur chars FT puis sur R 35 et chars B pour les modèles retenus. En 8 pages, 21 photos et documents, 4 profils en couleurs au 1/35.
    • Le canon de 155 C modèle 1904 TR Rimailho
      Cette merveille de mécanique à la française, s'inspirant des principes techniques adoptés sur le 75, équipe en août 1914 un total de 26 batteries (104 pièces) aux armées. Condamné par sa portée trop courte, il n'en remplira pas moins son rôle de gros destructeur avant l'arrivée des 155 C modèle 1915. En 8 pages, 16 photos et documents, 2 mises en couleurs des canons, détail des obus en couleurs.
    • Dossier panoramique : les camionnettes bâchées 1936-1940
      Suivant le modèle des Dossiers, la présentation synthétique exhaustive et détaillée des différents modèles de la période du réarmement et du programme de guerre, livrés par sept constructeurs : Berliet, Citroën, Delahaye, Latil, Peugeot, Renault et Unic. En 12 pages, 29 photos d'époque et 8 profils en couleurs au 1/35.
    Blindés & Matériel 93 Juillet 2010





Connaissez-vous ?

Promotions
Histoire de guerre - Bindés & matériel, anciens numéros à 3,50 euros pièce jusqu'au numéro 73



Retrouvez nos revues sur votre tablette et votre smartphone

  • Raids
  • Militaria
  • VaeVictis
  • WingMasters
  • SteelMasters
  • Raids Aviation
  • Histoires de France